Blog - Conférences

Nombre de membres 139 membres
   


Rubriques

Déplier Fermer Divers

Déplier Fermer Protection

Déplier Fermer Sortie

Déplier Fermer Communication

Déplier Fermer Documents

Déplier Fermer Réunions

Déplier Fermer Animations

Déplier Fermer Conférences

Derniers billets
Archives
11-2017 Décembre 2017
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Conférences

Le réchauffement climatique pour le Pilat par Christian DAVID de Météo France 06/17  -  par Jean

Vendredi 02 juin 2017  Le réchauffement climatique pour le Pilat par Christian DAVID.       

Changement climatique : le Pilat va-t-il ressembler aux Cévennes ?

            C’est pour répondre à cette question - et à beaucoup d’autres ! - que, vendredi 2 Juin 2017 à la salle des fêtes de Bessey. Christian DAVID, prévisionniste à Météo-France, a fait, devant une quarantaine de participants à l'une des conférences grand public organisée mensuellement par l’association "le Colibri", une présentation sur le thème du changement climatique dans le Pilat,

            Au niveau mondial, la fonte des glaciers depuis un siècle, et la tendance à la hausse des températures, comptent parmi les traits les plus visibles de ce changement climatique. La moyenne des températures sur de longues périodes a également augmenté dans le  Pilat, comme sur les régions proches (vallée du Rhône, vallée de la Loire, vallée du Gier, etc.) . Et, toujours dans le Pilat,  s’il n’ y a ,  bien sûr,  jamais eu de glacier depuis un siècle, en revanche,  il y a eu une tendance à la baisse de l’enneigement,  à cause d’une tendance à la hausse de la limite pluie-neige, alors que les cumuls de précipitations n’ont pas enregistré de tendance particulière (ni hausse, ni baisse).  Avec ces cumuls de précipitations en moyenne identiques à ceux d'il y a un siècle, le Pilat se trouve entre les précipitations devenues plus abondantes en Europe du Nord, et moins en Europe du Sud. Cependant, la hausse des températures estivales a favorisé une évaporation,  devenue en moyenne plus forte qu’avant,  d’où une propension à l’assèchement estival. Tous ces résultats ont été détaillés au public grâce à des graphiques, à partir de données de températures et précipitations dans notre région, et expertisées par Météo-France, selon les normes de l’Organisation Météorologique Mondiale.

            Et pour le climat à venir ? Météo-France  fournit des simulations informatisées, sur l’évolution du climat futur, que ce soit dans le monde, en France, ou dans notre région. Ces simulations, effectuées conjointement à celles du Centre National de Recherche Scientifique, sont présentées aux acteurs  du Groupe International d’Experts sur le Changement Climatique (le GIECC).  Le réchauffement sera plus intense au XXIème siècle, son ampleur dépendra du niveau futur de nos émissions de gaz à effet de serre, avec des étés en moyenne plus chauds que 2003 à la fin du XXIème siècle, si nous, êtres humains, continuons d’augmenter nos émissions dans le futur, comme nous venons de le faire depuis le début de l’ère industrielle.  En revanche, si nous réduisons suffisamment nos émissions, nous aurons des étés, en moyenne moins chauds à la fin du siècle, qu’en 2003. Le changement climatique futur déplacera vers le Nord de nombreuses espèces végétales, et aussi le risque de feux de forêt.  Ce dernier risque, cantonné  aujourd’hui essentiellement sur le Sud des départements de la Drôme et de l’Ardèche, devrait remonter vers le Nord...tout près du Pilat...Il faudra suivre de près le changement climatique futur, ses conséquences, et s’adapter, cette adaptation sera-t-elle facile ou difficile ? Tout dépendra de nos émissions futures de gaz à effet de serre…

* Pour en savoir plus : sur le web :

http://www.ipcc.ch/  (GIEC, basé à Genève)

www.umr-cnrm.fr  (Centre National de Recherches Météorologiques)

www.drias-climat.fr   (projections régionales sur la France)

www.meteofrance.com   (avec rubrique sur le changement climatique)

Vendredi 02 juin 2017  Le réchauffement climatique pour le Pilat par Christian DAVID.       

Changement climatique : le Pilat va-t-il ressembler aux Cévennes ?

            C’est pour répondre à cette question - et à beaucoup d’autres ! - que, vendredi 2 Juin 2017 à la salle des fêtes de Bessey. Christian DAVID, prévisionniste à Météo-France, a fait, devant une quarantaine de participants à l'une des conférences grand public organisée mensuellement par l’association "le Colibri", une présentation sur le thème du changement climatique dans le Pilat,

            Au niveau mondial, la fonte des glaciers depuis un siècle, et la tendance à la hausse des températures, comptent parmi les traits les plus visibles de ce changement climatique. La moyenne des températures sur de longues périodes a également augmenté dans le  Pilat, comme sur les régions proches (vallée du Rhône, vallée de la Loire, vallée du Gier, etc.) . Et, toujours dans le Pilat,  s’il n’ y a ,  bien sûr,  jamais eu de glacier depuis un siècle, en revanche,  il y a eu une tendance à la baisse de l’enneigement,  à cause d’une tendance à la hausse de la limite pluie-neige, alors que les cumuls de précipitations n’ont pas enregistré de tendance particulière (ni hausse, ni baisse).  Avec ces cumuls de précipitations en moyenne identiques à ceux d'il y a un siècle, le Pilat se trouve entre les précipitations devenues plus abondantes en Europe du Nord, et moins en Europe du Sud. Cependant, la hausse des températures estivales a favorisé une évaporation,  devenue en moyenne plus forte qu’avant,  d’où une propension à l’assèchement estival. Tous ces résultats ont été détaillés au public grâce à des graphiques, à partir de données de températures et précipitations dans notre région, et expertisées par Météo-France, selon les normes de l’Organisation Météorologique Mondiale.

            Et pour le climat à venir ? Météo-France  fournit des simulations informatisées, sur l’évolution du climat futur, que ce soit dans le monde, en France, ou dans notre région. Ces simulations, effectuées conjointement à celles du Centre National de Recherche Scientifique, sont présentées aux acteurs  du Groupe International d’Experts sur le Changement Climatique (le GIECC).  Le réchauffement sera plus intense au XXIème siècle, son ampleur dépendra du niveau futur de nos émissions de gaz à effet de serre, avec des étés en moyenne plus chauds que 2003 à la fin du XXIème siècle, si nous, êtres humains, continuons d’augmenter nos émissions dans le futur, comme nous venons de le faire depuis le début de l’ère industrielle.  En revanche, si nous réduisons suffisamment nos émissions, nous aurons des étés, en moyenne moins chauds à la fin du siècle, qu’en 2003. Le changement climatique futur déplacera vers le Nord de nombreuses espèces végétales, et aussi le risque de feux de forêt.  Ce dernier risque, cantonné  aujourd’hui essentiellement sur le Sud des départements de la Drôme et de l’Ardèche, devrait remonter vers le Nord...tout près du Pilat...Il faudra suivre de près le changement climatique futur, ses conséquences, et s’adapter, cette adaptation sera-t-elle facile ou difficile ? Tout dépendra de nos émissions futures de gaz à effet de serre…

* Pour en savoir plus : sur le web :

http://www.ipcc.ch/  (GIEC, basé à Genève)

www.umr-cnrm.fr  (Centre National de Recherches Météorologiques)

www.drias-climat.fr   (projections régionales sur la France)

www.meteofrance.com   (avec rubrique sur le changement climatique)

Fermer Fermer

Publié le 16/06/2017 ~ 22:29   Tous les billets   Haut