Comme le Colibri, apportons chacun notre petite goutte d'eau à la préservation de la Nature !   

Programme des activités
 
Activités - Conférences

   


Rubriques

Déplier Fermer Divers

Déplier Fermer Protection

Déplier Fermer Sortie

Déplier Fermer Communication

Déplier Fermer Documents

Déplier Fermer Réunions

Déplier Fermer Animations

Déplier Fermer Conférences

Derniers billets
Archives
02-2024 Mars 2024
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 ↑  
Conférences

Causerie Les zones humides du Pilat 01/23  -  par Clotilde

Les Zones Humides du Pilat

par Adeline Aird, du Conservatoire Botanique National du massif Central

vendredi 6  janvier 2023 – 20h30 – Maison des Associations de Maclas

Pour cette première causerie de l’année, Adeline du Conservatoire Botanique National du Massif Central est venue nous parler des Zones Humides. Ces zones ont souvent mauvaise presse (« nid à moustiques », zones à assainir) et sont en fort déclin : une diminution de 50 % depuis 1960 ! Alors même qu’elles sont très importantes pour le bon équilibre des écosystèmes.

Mais de quoi parle-t-on ? Les Zones Humides sont des zones où il y a une présence d’eau, mais ce ne sont pas des zones aquatiques. La présence d’eau est permanente ou temporaire, l’eau peut être saumâtre ou saline, mais sa profondeur ne doit pas excéder 6 mètres. Ces zones sont caractérisées par un sol, une flore et une végétation particulière.

Les Zones Humides sont reconnues d’importances internationale par la Convention de Ramsar depuis 1971. Mais pourquoi donc ?

Elles ont des fonctions écologiques :

Elles agissent à la fois comme un filtre en améliorant la qualité de l’eau et aussi comme une éponge en stockant et restituant l’eau selon les saisons et leur humidité ambiante. Elles sont également un refuge pour la biodiversité : la totalité des amphibiens, la moitié des oiseaux et le tiers des espèces végétales.

Les Zones Humides rendent également des services écosystémiques :

Elles permettent un approvisionnement en eau et une régulation des crues. Elles rendent aussi des services culturels et touristiques et sont également source d’une grande diversité de fleurs  favorisant ainsi l’accueil des pollinisateurs.

Fait moins connu : se sont également des puits de carbone, et pas des moindres, car les plus efficaces de la planète (en particulier, les tourbières et les marais, les tourbières stockant plus du double de carbone que les forêts).

Et qu’en est-il dans le Pilat ? Où sont-elles ?

Adeline, nous présente  les 7 différentes zones humides : végétation des sources et des gazons amphibie, Roselières mégaphorbiaies et cariçaies, tourbières, prairies humides, pelouses humides, fourrés humides, forêts humides. Toutes ces zones représentent plus de 1 826 Ha au total, disséminées sur le Pilat, particulièrement sur le Haut Pilat.

Les plus représentées sont les prairies humides (1 485Ha) très présentes dans le Pilat et jusqu’à présent plutôt entretenues par les herbivores. Ces prairies possèdent des plantes patrimoniales.

Toutefois ces zones humides sont menacées, partout en France et le Pilat n’y échappe pas. Il y a d’abord les pratiques de drainage, liées à l’intensification de certaines pratiques agricoles, et également la destruction pour notamment faire de nouvelles constructions.

Face à cela comment les préserver ?

Avant tout sensibiliser, au sein des PLU, proposer des aires de protection des habitats naturels (APHN). Mais aussi modifier nos pratiques, conduire en prairie naturelle, éviter le retournement, réguler le pâturage, éviter le drainage, les amendements minéraux, retarder les fauches, privilégier les balles rondes à enrubannage, diminuer la fertilisation.

Suite à cette présentation, s’en est suivi un long échange avec et entre les différentes personnes présentes (36participants étaient venus ce soir-là) : retour d’interlocuteurs privilégiés avec les agriculteurs, idées de pratiques et d’action à mener...

Ce que nous retenons de cette soirée ? Restaurer les Zones humides est quelque chose de compliqué voire d’impossible puisque le retour au fonctionnement à l’identique n’est jamais atteint. L’objectif à l’heure actuelle est donc absolument de les préserver, c’est à dire avant tout de les conserver…

Faites passer le message autour de vous !

Les Zones Humides du Pilat

par Adeline Aird, du Conservatoire Botanique National du massif Central

vendredi 6  janvier 2023 – 20h30 – Maison des Associations de Maclas

Pour cette première causerie de l’année, Adeline du Conservatoire Botanique National du Massif Central est venue nous parler des Zones Humides. Ces zones ont souvent mauvaise presse (« nid à moustiques », zones à assainir) et sont en fort déclin : une diminution de 50 % depuis 1960 ! Alors même qu’elles sont très importantes pour le bon équilibre des écosystèmes.

Mais de quoi parle-t-on ? Les Zones Humides sont des zones où il y a une présence d’eau, mais ce ne sont pas des zones aquatiques. La présence d’eau est permanente ou temporaire, l’eau peut être saumâtre ou saline, mais sa profondeur ne doit pas excéder 6 mètres. Ces zones sont caractérisées par un sol, une flore et une végétation particulière.

Les Zones Humides sont reconnues d’importances internationale par la Convention de Ramsar depuis 1971. Mais pourquoi donc ?

Elles ont des fonctions écologiques :

Elles agissent à la fois comme un filtre en améliorant la qualité de l’eau et aussi comme une éponge en stockant et restituant l’eau selon les saisons et leur humidité ambiante. Elles sont également un refuge pour la biodiversité : la totalité des amphibiens, la moitié des oiseaux et le tiers des espèces végétales.

Les Zones Humides rendent également des services écosystémiques :

Elles permettent un approvisionnement en eau et une régulation des crues. Elles rendent aussi des services culturels et touristiques et sont également source d’une grande diversité de fleurs  favorisant ainsi l’accueil des pollinisateurs.

Fait moins connu : se sont également des puits de carbone, et pas des moindres, car les plus efficaces de la planète (en particulier, les tourbières et les marais, les tourbières stockant plus du double de carbone que les forêts).

Et qu’en est-il dans le Pilat ? Où sont-elles ?

Adeline, nous présente  les 7 différentes zones humides : végétation des sources et des gazons amphibie, Roselières mégaphorbiaies et cariçaies, tourbières, prairies humides, pelouses humides, fourrés humides, forêts humides. Toutes ces zones représentent plus de 1 826 Ha au total, disséminées sur le Pilat, particulièrement sur le Haut Pilat.

Les plus représentées sont les prairies humides (1 485Ha) très présentes dans le Pilat et jusqu’à présent plutôt entretenues par les herbivores. Ces prairies possèdent des plantes patrimoniales.

Toutefois ces zones humides sont menacées, partout en France et le Pilat n’y échappe pas. Il y a d’abord les pratiques de drainage, liées à l’intensification de certaines pratiques agricoles, et également la destruction pour notamment faire de nouvelles constructions.

Face à cela comment les préserver ?

Avant tout sensibiliser, au sein des PLU, proposer des aires de protection des habitats naturels (APHN). Mais aussi modifier nos pratiques, conduire en prairie naturelle, éviter le retournement, réguler le pâturage, éviter le drainage, les amendements minéraux, retarder les fauches, privilégier les balles rondes à enrubannage, diminuer la fertilisation.

Suite à cette présentation, s’en est suivi un long échange avec et entre les différentes personnes présentes (36participants étaient venus ce soir-là) : retour d’interlocuteurs privilégiés avec les agriculteurs, idées de pratiques et d’action à mener...

Ce que nous retenons de cette soirée ? Restaurer les Zones humides est quelque chose de compliqué voire d’impossible puisque le retour au fonctionnement à l’identique n’est jamais atteint. L’objectif à l’heure actuelle est donc absolument de les préserver, c’est à dire avant tout de les conserver…

Faites passer le message autour de vous !

Fermer Fermer

Publié le 05/02/2023 ~ 15:46   Tous les billets   Haut