Comme le Colibri, apportons chacun notre petite goutte d'eau à la préservation de la Nature !   

Programme des activités
 
Activités - Conférences

   


Rubriques

Déplier Fermer Divers

Déplier Fermer Protection

Déplier Fermer Sortie

Déplier Fermer Communication

Déplier Fermer Documents

Déplier Fermer Réunions

Déplier Fermer Animations

Déplier Fermer Conférences

Derniers billets
Archives
02-2024 Mars 2024
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
 ↑  
Conférences

Causerie " les araignées  -  par saisie

CR Exposé « Les Araignées » par Pascal Dubois

Vendredi 7 Avril 2023  

araignee-gif-022.gif

Les araignées sont souvent l’objet d’aversion, de peur ou même de véritables phobies alors qu’elles sont, sauf rares exceptions, parfaitement inoffensives et jamais agressives.

Pascal Dubois va essayer ce soir de nous les rendre sympathiques et dignes d’intérêt.

Certaines sont très esthétiques comme l’épeire fasciée ou diadème, l’araignée Napoléon…

D’après la mythologie, Arachnée, jeune Lydienne, osa défier Athéna dans l’art du tissage et fut transformée en araignée.

De son nom est tirée l’appellation « arachnides » pour ce groupe de l’embranchement des arthropodes qui comprend aussi les crustacés, les myriapodes (mille-pattes, scolopendres), les insectes, les acariens (dont les tiques).

Les arachnides englobent les araignées, les opilions,les scorpions, les pseudoscorpions.

Les araignées ont un corps en 2 parties : le céphalothorax qui porte les chélicères, les palpes,

8 yeux, et un abdomen plus mou. Les palpes et les pattes portent de nombreuses soies ou épines qui sont autant d’organes sensibles. Les opilions, qui ont la même apparence que les araignées, ont un corps en une seule partie et n’ont pas de venin.

L’abdomen contient les glandes à soie qui projettent au travers de filières une protéine se solidifiant instantanément au contact de l’air. Elles produisent différents types de soies, plus ou moins solides, certaines gluantes pour la capture des proies, essentiellement des insectes .

Les araignées grandissent en muant : l’ancienne cuticule se fend et le nouvel individu est particulièrement vulnérable pendant les quelques heures nécessaires au durcissement de son squelette externe.

La reproduction n’est pas une sinécure pour les mâles qui doivent déployer tout une gamme de stratagèmes pour approcher sans danger la belle : danses, musique en produisant des vibrations sur la toile, cadeaux sous forme d’une proie emballée dans la soie….

Le mâle possède au bout des palpes des bulbes copulateurs sur lesquels il dépose son sperme pour ensuite les mettre en contact avec l’épygine de la femelle. Leur affaire faite, ils est prudent de fuir au plus vite sous peine de servir de repas.

La femelle confectionne un cocon qui contiendra les œufs ; suivant les espèces, il sera fixé dans les herbes, sous une pierre, avec une coque isolante qui permettra de passer l’hiver sous forme d’œufs ou  de petits déjà éclos pour sortir au printemps. Les femelles de certaines espèces gardent ce cocon collé sur leur abdomen jusqu’à l’éclosion.

Les juvéniles, jusqu’à plusieurs centaines, se dispersent en grimpant sur un support et en produisant un fil de soie qu’un souffle d’air emportera au hasard. C’est ce qu’on appelle « les fils de la Vierge ».

Méthodes de chasse :

- les pièges ; il s’agit de toiles qui peuvent être géométriques, en nappe, en réseau ou en tube.

- l’affût : l’araignée attend une proie sur laquelle elle se jette. La tomise, qui peut changer de couleur, se tient sur les fleurs dont elle prend la couleur et capture les butineurs comme les abeilles qu’elle tue instantanément en les mordant à la nuque.

- à courre pour des espèces qui patrouillent et poursuivent leurs proies.

- à l’approche pour les araignées sauteuses qui, arrivées à bonne distance, bondissent sur l’insouciant qui n’a rien vu venir.

- à la glu, projetée par les crochets.

La consommation se fait en tuant d’abord la proie par le venin instillé par les chélicères, puis une enzyme provoque la liquéfaction des chairs et une digestion externe, les araignées ne possédant pas  de mandibules permettant de mastiquer.

Dangerosité (beaucoup de fantasmes à ce sujet) :

D’abord les araignées n’ont aucune raison de nous mordre. C’est un acte de prédation et non de défense comme c’est le cas des guêpes ou abeilles.

Ensuite, seules quelques plus grandes espèces auraient une envergure ou une force suffisante des chélicères pour percer la peau.

Aucune en France n’a un venin pouvant être dangereux, en aucun cas mortel.

On peut trouver, piégée dans l’évier ou la baignoire, une tégénaire d’aspect assez imposant, c’est une des plus grosses en France, mais elle est parfaitement inoffensive et peut être prise à la main sans danger.

araigneee.jpg

Prédateurs :

Comme tout ce qui vit, les araignées ont des prédateurs : principalement les oiseaux, lézards, musaraignes et certains hyménoptères qui en nourrissent leurs larves. Elles peuvent également être la proie d ‘autres araignées, même de leur propre espèce.

Leurs moyens de défense peuvent être le mimétisme (apparence de fourmis), un signal rouge sur le corps (ce qui, souvent dans la nature, signifie non comestible), une position de défense pour faire peur.

Environ 51 000 espèces ont été décrites dans le monde (il en reste beaucoup plus à décrire), environ 1700 en France et à peu près 600 dans la Loire.

Tout comme les insectes, les araignées subissent une importante baisse de densité.

Une étude en Hongrie donne un déclin de 45 à 60 %, même dans des zones sans traitements chimiques.

D’après l’Office français de la biodiversité, 10 % des espèces sont menacées.

L’étude des araignées commence par la recherche sous les pierres, par battage des arbustes, fauchage de la végétation avec un filet, tamisage de la litière dans la forêt.

La détermination nécessite une binoculaire ou microscope pour l’examen des organes génitaux, étape souvent indispensable pour séparer certaines espèces.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans la connaissance, il existe des guides et des associations comme l’Association Française d’Arachnologie.

Nous sommes 45 à avoir suivi cet intéressant exposé qui, comme toujours se prolonge par des questions et le traditionnel verre de l’amitié.

CR Exposé « Les Araignées » par Pascal Dubois

Vendredi 7 Avril 2023  

araignee-gif-022.gif

Les araignées sont souvent l’objet d’aversion, de peur ou même de véritables phobies alors qu’elles sont, sauf rares exceptions, parfaitement inoffensives et jamais agressives.

Pascal Dubois va essayer ce soir de nous les rendre sympathiques et dignes d’intérêt.

Certaines sont très esthétiques comme l’épeire fasciée ou diadème, l’araignée Napoléon…

D’après la mythologie, Arachnée, jeune Lydienne, osa défier Athéna dans l’art du tissage et fut transformée en araignée.

De son nom est tirée l’appellation « arachnides » pour ce groupe de l’embranchement des arthropodes qui comprend aussi les crustacés, les myriapodes (mille-pattes, scolopendres), les insectes, les acariens (dont les tiques).

Les arachnides englobent les araignées, les opilions,les scorpions, les pseudoscorpions.

Les araignées ont un corps en 2 parties : le céphalothorax qui porte les chélicères, les palpes,

8 yeux, et un abdomen plus mou. Les palpes et les pattes portent de nombreuses soies ou épines qui sont autant d’organes sensibles. Les opilions, qui ont la même apparence que les araignées, ont un corps en une seule partie et n’ont pas de venin.

L’abdomen contient les glandes à soie qui projettent au travers de filières une protéine se solidifiant instantanément au contact de l’air. Elles produisent différents types de soies, plus ou moins solides, certaines gluantes pour la capture des proies, essentiellement des insectes .

Les araignées grandissent en muant : l’ancienne cuticule se fend et le nouvel individu est particulièrement vulnérable pendant les quelques heures nécessaires au durcissement de son squelette externe.

La reproduction n’est pas une sinécure pour les mâles qui doivent déployer tout une gamme de stratagèmes pour approcher sans danger la belle : danses, musique en produisant des vibrations sur la toile, cadeaux sous forme d’une proie emballée dans la soie….

Le mâle possède au bout des palpes des bulbes copulateurs sur lesquels il dépose son sperme pour ensuite les mettre en contact avec l’épygine de la femelle. Leur affaire faite, ils est prudent de fuir au plus vite sous peine de servir de repas.

La femelle confectionne un cocon qui contiendra les œufs ; suivant les espèces, il sera fixé dans les herbes, sous une pierre, avec une coque isolante qui permettra de passer l’hiver sous forme d’œufs ou  de petits déjà éclos pour sortir au printemps. Les femelles de certaines espèces gardent ce cocon collé sur leur abdomen jusqu’à l’éclosion.

Les juvéniles, jusqu’à plusieurs centaines, se dispersent en grimpant sur un support et en produisant un fil de soie qu’un souffle d’air emportera au hasard. C’est ce qu’on appelle « les fils de la Vierge ».

Méthodes de chasse :

- les pièges ; il s’agit de toiles qui peuvent être géométriques, en nappe, en réseau ou en tube.

- l’affût : l’araignée attend une proie sur laquelle elle se jette. La tomise, qui peut changer de couleur, se tient sur les fleurs dont elle prend la couleur et capture les butineurs comme les abeilles qu’elle tue instantanément en les mordant à la nuque.

- à courre pour des espèces qui patrouillent et poursuivent leurs proies.

- à l’approche pour les araignées sauteuses qui, arrivées à bonne distance, bondissent sur l’insouciant qui n’a rien vu venir.

- à la glu, projetée par les crochets.

La consommation se fait en tuant d’abord la proie par le venin instillé par les chélicères, puis une enzyme provoque la liquéfaction des chairs et une digestion externe, les araignées ne possédant pas  de mandibules permettant de mastiquer.

Dangerosité (beaucoup de fantasmes à ce sujet) :

D’abord les araignées n’ont aucune raison de nous mordre. C’est un acte de prédation et non de défense comme c’est le cas des guêpes ou abeilles.

Ensuite, seules quelques plus grandes espèces auraient une envergure ou une force suffisante des chélicères pour percer la peau.

Aucune en France n’a un venin pouvant être dangereux, en aucun cas mortel.

On peut trouver, piégée dans l’évier ou la baignoire, une tégénaire d’aspect assez imposant, c’est une des plus grosses en France, mais elle est parfaitement inoffensive et peut être prise à la main sans danger.

araigneee.jpg

Prédateurs :

Comme tout ce qui vit, les araignées ont des prédateurs : principalement les oiseaux, lézards, musaraignes et certains hyménoptères qui en nourrissent leurs larves. Elles peuvent également être la proie d ‘autres araignées, même de leur propre espèce.

Leurs moyens de défense peuvent être le mimétisme (apparence de fourmis), un signal rouge sur le corps (ce qui, souvent dans la nature, signifie non comestible), une position de défense pour faire peur.

Environ 51 000 espèces ont été décrites dans le monde (il en reste beaucoup plus à décrire), environ 1700 en France et à peu près 600 dans la Loire.

Tout comme les insectes, les araignées subissent une importante baisse de densité.

Une étude en Hongrie donne un déclin de 45 à 60 %, même dans des zones sans traitements chimiques.

D’après l’Office français de la biodiversité, 10 % des espèces sont menacées.

L’étude des araignées commence par la recherche sous les pierres, par battage des arbustes, fauchage de la végétation avec un filet, tamisage de la litière dans la forêt.

La détermination nécessite une binoculaire ou microscope pour l’examen des organes génitaux, étape souvent indispensable pour séparer certaines espèces.

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin dans la connaissance, il existe des guides et des associations comme l’Association Française d’Arachnologie.

Nous sommes 45 à avoir suivi cet intéressant exposé qui, comme toujours se prolonge par des questions et le traditionnel verre de l’amitié.

Fermer Fermer

Publié le 04/05/2023 ~ 21:26   Tous les billets   Haut