Comme le Colibri, apportons chacun notre petite goutte d'eau à la préservation de la Nature !   

Programme des activités
 
Activités - Conférences

   


Rubriques

Déplier Fermer Divers

Déplier Fermer Protection

Déplier Fermer Sortie

Déplier Fermer Communication

Déplier Fermer Documents

Déplier Fermer Réunions

Déplier Fermer Animations

Déplier Fermer Conférences

Derniers billets
Archives
05-2024 Juin 2024
L M M J V S D
          01 02
03 04 05 06 07 08 09
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 ↑  
Conférences

Le hérisson : comment le connaître et l’accueillir au jardin "  -  par saisie


Causerie : " Le hérisson : comment le connaître et l’accueillir au jardin " du vendredi 2 février 2024
avec Louis Granier président de la LPO Drôme-Ardèche et vice-président de la LPO AURA.

Bonjour les colibris

Cette causerie avait déjà été proposée en septembre dernier mais n’avait pas rencontré le succès qu’elle méritait : trop tôt dans la saison, jour et horaires mal choisis… Nous avons donc décidé de lui donner une deuxième chance et nous avons bien fait car ce sont 25 personnes qui sont venus écouter Louis Granier, Président de la Délégation Drôme-Ardèche de la LPO et Vice-Président de la LPO AURA entre autres, nous présenter le hérisson d’Europe. Une causerie complète pour tout savoir sur ce petit animal bien mal connu, découvrir ses capacités insoupçonnées, reconnaître les dangers qui le menacent et pour, chez-soi, lui proposer un environnement favorable.

La soirée s’est poursuivie autour d’un verre de jus de pomme, pour un temps amical de détente et d’échanges.

Herisson1759027_1280.jpg


1- La biologie du hérisson :
 Le hérisson est un mammifère nocturne. Il se reproduit d’avril à septembre et hiberne d’octobre à mars. Il mesure de 18 à 32 cm de long et jusqu’à 15 cm de haut, et peut peser de 0.4 à 1,5 kg . Son corps est recouvert de piquants défensifs sur le dos (5000 à 7000 à l’âge adulte) et de poils sur le reste du corps.
Tout le monde connait son aptitude à se mettre en boule pour se protéger des prédateurs. Ses pattes sont armées de griffes et il possède une petite queue.
Animal bruyant, le hérisson grogne… comme un cochon ! Les britanniques l’appellent d’ailleurs hedgehog, le « cochon des haies ».
On le trouve dans toute l’Europe (hérisson d'Europe, Erinaceus europaeus), en Asie et en Afrique, jusqu’à 1200m d’altitude.
Pour son habitat, il cherche des abris couverts, comme ceux fournis par les haies, les buissons et les arbustes, plutôt que les forêts épaisses. Il apprécie également les tas de feuilles et de branchages. Les populations sont en chute dans les campagnes mais moins impactées en ville. C’est ainsi qu’on le retrouve très facilement dans les jardins de banlieue.
 
Sens : sa vue, très mauvaise, est compensée par un odorat et une ouïe aiguisés. Il peut entendre un ver de terre bouger sous un tas de feuilles !
Sa longévité est de 4 à 8 ans mais il arrive rarement à mourir de vieillesse.
Mode de vie :
Le hérisson est un nocturne solitaire, même s’il peut partager des zones d’habitat avec d’autres de ses
congénères. Il se cache dans la journée dans un gîte aménagé avec des feuilles, sous un arbre ou un
buisson et sort la nuit chasser. Son territoire est vaste, de 2 à 3 hectares, et il parcourt chaque nuit 3 à 4
km à la recherche de nourriture. Il passe le reste de la journée dans son nid, soit près de 75% de son temps.
Omnivore, il aime particulièrement les vers, escargots et limaces, insectes en tout genre, fruits, champignons mais peut aussi manger des serpents et des batraciens. Il est également charognard par défaut et ne dédaigne pas les carcasses trouvées en chemin s’il n’a pas mieux à se mettre sous la dent.
Lors de ses déplacements, il suit toujours les lignes de haies, les lisières de forêts, les bordures des près arborés.
 Cycle de vie annuel :
Durant l’automne, le hérisson prépare son hibernation. Il mange en abondance pour préparer des réserves de graisse et se cherche un endroit bien abrité du vent et de la pluie, sous un arbre, un buisson, des ronces. Il y fait alors son nid qu’il garnit de feuilles mortes, d’herbe et de brindilles (voire de papier ou de
plastique en ville). Il peut également creuser un terrier. Le hérisson hiberne dès que les températures descendent sous les 10°C. Il rentre alors à l’abri, se roule en boule et s’endort d’un sommeil profond. Sa température corporelle chute alors de 35.1°C à environ 4 °C.
En avril vient le réveil. Le hérisson a perdu 30% de son poids, ce qui modifie sa silhouette et son allure générale. C’est ce qui a longtemps fait penser qu’il existait deux espèces de hérisson en Europe : un hérisson rond au museau rebondi, et un mince au museau allongé alors qu’il s’agissait probablement de hérissons avant hibernation, et donc gras, et de hérissons après hibernation, amaigris.
Commence alors la saison de l’accouplement, qui dure jusqu’à septembre.
Les hérissons ne forment pas de couple stable.
La femelle hérisson peut avoir jusqu’à deux portées dans la saison et 4 à 7 petits à la fois. Elle les allaite puis leur apprend à chasser dès 4 semaines. Les choupissons quittent le nid vers 2 mois / 2 mois et demi.
Malheureusement, 60 à 70% d’entre eux mourront avant d’atteindre l’âge d’1 an.
Le hérisson atteint la maturité sexuelle entre 9 et 12 mois pour les femelles et peut être plus tardive pour les mâles.


2-Une vie ponctuée de menaces et de solutions.
Le hérisson est un animal sauvage intégralement protégé : il est interdit de le capturer, de le transporter, de le commercialiser ou de le garder chez soi, même pour le soigner ; il ne s’apprivoise pas ! Il est également interdit de détenir sa peau, ses aiguilles, son squelette et de le détruire, vivant ou mort.
Malgré une longévité pouvant dépasser les 8 ans, son espérance de vie est de moins de 2 ans.
Ses prédateurs naturels sont les blaireaux, les renards, les hiboux grands-ducs et les chiens.
Mais il est victime de nombreux autres dangers :
- les granulés anti-limaces qui détruisent ses ressources et qu’il mange
- les pesticides utilisés en agriculture
-les routes où il se fait écraser (1er cause de décès)
-la fragmentation de son habitat et notamment les ruptures dans les linéaires des haies, le cloisonnement hermétique des jardins contemporains, la disparition des bocages
-les feux des tas de feuilles où il gîte (de toute façon interdits) et les coups de fourche.
- les piscines et bassins où, incapable d’en sortir, il se noie. En effet le hérisson aime beaucoup se baigner.
-les tondeuses et autres roto-fil, qui lui infligent des blessures potentiellement mortelles
-les chiens
-les déchets et aménagements humains dans lesquels il reste coincé : tuyaux, canalisations, boites de conserve, grillages…
Il est considéré comme un animal commun, même si l’espèce est en grande diminution. Pour exemple, au Royaume-Uni et en Allemagne, des études ont confirmé un déclin drastique de la population de hérissons. Une perte de 97% depuis 1950, et une population au moins diminuée de moitié depuis les années 2000 au Royaume-Uni.


3-Comment faire pour aider les hérissons ?
-Que faire si je trouve un hérisson ?
S’il est vif et se met rapidement en boule, la situation est normale. Il ne faut rien faire du tout et ne pas le toucher.
S’il est mou, lent, immobile depuis plus d’une journée, si vous l’observez en plein jour, si c’est un jeune esseulé plus de 24 à 48h, si c’est un bébé encore rose ou qu’il fait moins de 20 cm, s’il est couvert de mouches et de larves, la situation est anormale.
Il faut alors intervenir et le mettre en sécurité en attendant de le confier à un centre de soins de la faune sauvage agréé. Pensez à mettre des gants pour vous protéger des piqures dues aux aiguilles et des parasites qui pullulent sur ces animaux. Installez-le dans un carton, avec des trous pour l’aération, sur un tissu polaire ou éponge et mettez-le au calme, dans une pièce sombre pour le déstresser. Ne pas lui donner à boire ou à manger.
Pour rappel, il est strictement interdit de garder un animal sauvage chez soi, même pour le soigner.
-Les bonnes conduites au jardin :
Il est préférable de ne pas nourrir les hérissons mais vous pouvez leur proposer une gamelle d’eau. Pour permettre leurs allées et venues hors du jardin, il faut veiller à ouvrir des passages assez larges dans les grillages (afin qu’ils ne restent pas coincés : 15X15 cm mini).
Vous pouvez aménager votre jardin pour favoriser la vie sauvage : espaces enherbés, abris ((tas de feuilles, tuile retournée etc.), potager, compost, gîtes, etc. Bref, créer un milieu riche de vie pour favoriser leurs proies.
On peut également leur construire un gîte artificiel, constitué d’une caisse en bois avec un long tunnel d’accès. Ce gîte peut être posé tel quel ou caché sous des branchages. L’entrée doit être orientée sud-est, à l’abri des vents dominants.
Si vous avez à déplacer ou éliminer un tas de feuilles ou de bois, faites-le avec précaution en laissant le temps au hérisson de fuir et évitez absolument de le faire entre novembre et avril, période d’hibernation du hérisson. Il serait obligé de faire remonter sa température et donc de dépenser une énergie considérable
qui risque de lui manquer en fin d’hibernation.


4- La répartition des hérissons dans la région AURA :
Il est présent partout surtout en milieu urbain et péri-urbain où il trouve plus facilement sa nourriture, sauf en montagne au-dessus de 1200 mètres, avec une plus forte concentration dans la vallée du Rhône et une presque absence en Drôme méridionale.
En France, avant 2020 il n’existait pas de recensement spécifique au hérisson. Maintenant, des bases de données sont alimentées par des naturalistes amateurs ou professionnels mais pas forcément toutes exploitées. A signaler « l’Opération hérisson » de France Nature Environnement ou la « Mission hérisson »
de la Ligue de Protection des Oiseaux.


Causerie : " Le hérisson : comment le connaître et l’accueillir au jardin " du vendredi 2 février 2024
avec Louis Granier président de la LPO Drôme-Ardèche et vice-président de la LPO AURA.

Bonjour les colibris

Cette causerie avait déjà été proposée en septembre dernier mais n’avait pas rencontré le succès qu’elle méritait : trop tôt dans la saison, jour et horaires mal choisis… Nous avons donc décidé de lui donner une deuxième chance et nous avons bien fait car ce sont 25 personnes qui sont venus écouter Louis Granier, Président de la Délégation Drôme-Ardèche de la LPO et Vice-Président de la LPO AURA entre autres, nous présenter le hérisson d’Europe. Une causerie complète pour tout savoir sur ce petit animal bien mal connu, découvrir ses capacités insoupçonnées, reconnaître les dangers qui le menacent et pour, chez-soi, lui proposer un environnement favorable.

La soirée s’est poursuivie autour d’un verre de jus de pomme, pour un temps amical de détente et d’échanges.

Herisson1759027_1280.jpg


1- La biologie du hérisson :
 Le hérisson est un mammifère nocturne. Il se reproduit d’avril à septembre et hiberne d’octobre à mars. Il mesure de 18 à 32 cm de long et jusqu’à 15 cm de haut, et peut peser de 0.4 à 1,5 kg . Son corps est recouvert de piquants défensifs sur le dos (5000 à 7000 à l’âge adulte) et de poils sur le reste du corps.
Tout le monde connait son aptitude à se mettre en boule pour se protéger des prédateurs. Ses pattes sont armées de griffes et il possède une petite queue.
Animal bruyant, le hérisson grogne… comme un cochon ! Les britanniques l’appellent d’ailleurs hedgehog, le « cochon des haies ».
On le trouve dans toute l’Europe (hérisson d'Europe, Erinaceus europaeus), en Asie et en Afrique, jusqu’à 1200m d’altitude.
Pour son habitat, il cherche des abris couverts, comme ceux fournis par les haies, les buissons et les arbustes, plutôt que les forêts épaisses. Il apprécie également les tas de feuilles et de branchages. Les populations sont en chute dans les campagnes mais moins impactées en ville. C’est ainsi qu’on le retrouve très facilement dans les jardins de banlieue.
 
Sens : sa vue, très mauvaise, est compensée par un odorat et une ouïe aiguisés. Il peut entendre un ver de terre bouger sous un tas de feuilles !
Sa longévité est de 4 à 8 ans mais il arrive rarement à mourir de vieillesse.
Mode de vie :
Le hérisson est un nocturne solitaire, même s’il peut partager des zones d’habitat avec d’autres de ses
congénères. Il se cache dans la journée dans un gîte aménagé avec des feuilles, sous un arbre ou un
buisson et sort la nuit chasser. Son territoire est vaste, de 2 à 3 hectares, et il parcourt chaque nuit 3 à 4
km à la recherche de nourriture. Il passe le reste de la journée dans son nid, soit près de 75% de son temps.
Omnivore, il aime particulièrement les vers, escargots et limaces, insectes en tout genre, fruits, champignons mais peut aussi manger des serpents et des batraciens. Il est également charognard par défaut et ne dédaigne pas les carcasses trouvées en chemin s’il n’a pas mieux à se mettre sous la dent.
Lors de ses déplacements, il suit toujours les lignes de haies, les lisières de forêts, les bordures des près arborés.
 Cycle de vie annuel :
Durant l’automne, le hérisson prépare son hibernation. Il mange en abondance pour préparer des réserves de graisse et se cherche un endroit bien abrité du vent et de la pluie, sous un arbre, un buisson, des ronces. Il y fait alors son nid qu’il garnit de feuilles mortes, d’herbe et de brindilles (voire de papier ou de
plastique en ville). Il peut également creuser un terrier. Le hérisson hiberne dès que les températures descendent sous les 10°C. Il rentre alors à l’abri, se roule en boule et s’endort d’un sommeil profond. Sa température corporelle chute alors de 35.1°C à environ 4 °C.
En avril vient le réveil. Le hérisson a perdu 30% de son poids, ce qui modifie sa silhouette et son allure générale. C’est ce qui a longtemps fait penser qu’il existait deux espèces de hérisson en Europe : un hérisson rond au museau rebondi, et un mince au museau allongé alors qu’il s’agissait probablement de hérissons avant hibernation, et donc gras, et de hérissons après hibernation, amaigris.
Commence alors la saison de l’accouplement, qui dure jusqu’à septembre.
Les hérissons ne forment pas de couple stable.
La femelle hérisson peut avoir jusqu’à deux portées dans la saison et 4 à 7 petits à la fois. Elle les allaite puis leur apprend à chasser dès 4 semaines. Les choupissons quittent le nid vers 2 mois / 2 mois et demi.
Malheureusement, 60 à 70% d’entre eux mourront avant d’atteindre l’âge d’1 an.
Le hérisson atteint la maturité sexuelle entre 9 et 12 mois pour les femelles et peut être plus tardive pour les mâles.


2-Une vie ponctuée de menaces et de solutions.
Le hérisson est un animal sauvage intégralement protégé : il est interdit de le capturer, de le transporter, de le commercialiser ou de le garder chez soi, même pour le soigner ; il ne s’apprivoise pas ! Il est également interdit de détenir sa peau, ses aiguilles, son squelette et de le détruire, vivant ou mort.
Malgré une longévité pouvant dépasser les 8 ans, son espérance de vie est de moins de 2 ans.
Ses prédateurs naturels sont les blaireaux, les renards, les hiboux grands-ducs et les chiens.
Mais il est victime de nombreux autres dangers :
- les granulés anti-limaces qui détruisent ses ressources et qu’il mange
- les pesticides utilisés en agriculture
-les routes où il se fait écraser (1er cause de décès)
-la fragmentation de son habitat et notamment les ruptures dans les linéaires des haies, le cloisonnement hermétique des jardins contemporains, la disparition des bocages
-les feux des tas de feuilles où il gîte (de toute façon interdits) et les coups de fourche.
- les piscines et bassins où, incapable d’en sortir, il se noie. En effet le hérisson aime beaucoup se baigner.
-les tondeuses et autres roto-fil, qui lui infligent des blessures potentiellement mortelles
-les chiens
-les déchets et aménagements humains dans lesquels il reste coincé : tuyaux, canalisations, boites de conserve, grillages…
Il est considéré comme un animal commun, même si l’espèce est en grande diminution. Pour exemple, au Royaume-Uni et en Allemagne, des études ont confirmé un déclin drastique de la population de hérissons. Une perte de 97% depuis 1950, et une population au moins diminuée de moitié depuis les années 2000 au Royaume-Uni.


3-Comment faire pour aider les hérissons ?
-Que faire si je trouve un hérisson ?
S’il est vif et se met rapidement en boule, la situation est normale. Il ne faut rien faire du tout et ne pas le toucher.
S’il est mou, lent, immobile depuis plus d’une journée, si vous l’observez en plein jour, si c’est un jeune esseulé plus de 24 à 48h, si c’est un bébé encore rose ou qu’il fait moins de 20 cm, s’il est couvert de mouches et de larves, la situation est anormale.
Il faut alors intervenir et le mettre en sécurité en attendant de le confier à un centre de soins de la faune sauvage agréé. Pensez à mettre des gants pour vous protéger des piqures dues aux aiguilles et des parasites qui pullulent sur ces animaux. Installez-le dans un carton, avec des trous pour l’aération, sur un tissu polaire ou éponge et mettez-le au calme, dans une pièce sombre pour le déstresser. Ne pas lui donner à boire ou à manger.
Pour rappel, il est strictement interdit de garder un animal sauvage chez soi, même pour le soigner.
-Les bonnes conduites au jardin :
Il est préférable de ne pas nourrir les hérissons mais vous pouvez leur proposer une gamelle d’eau. Pour permettre leurs allées et venues hors du jardin, il faut veiller à ouvrir des passages assez larges dans les grillages (afin qu’ils ne restent pas coincés : 15X15 cm mini).
Vous pouvez aménager votre jardin pour favoriser la vie sauvage : espaces enherbés, abris ((tas de feuilles, tuile retournée etc.), potager, compost, gîtes, etc. Bref, créer un milieu riche de vie pour favoriser leurs proies.
On peut également leur construire un gîte artificiel, constitué d’une caisse en bois avec un long tunnel d’accès. Ce gîte peut être posé tel quel ou caché sous des branchages. L’entrée doit être orientée sud-est, à l’abri des vents dominants.
Si vous avez à déplacer ou éliminer un tas de feuilles ou de bois, faites-le avec précaution en laissant le temps au hérisson de fuir et évitez absolument de le faire entre novembre et avril, période d’hibernation du hérisson. Il serait obligé de faire remonter sa température et donc de dépenser une énergie considérable
qui risque de lui manquer en fin d’hibernation.


4- La répartition des hérissons dans la région AURA :
Il est présent partout surtout en milieu urbain et péri-urbain où il trouve plus facilement sa nourriture, sauf en montagne au-dessus de 1200 mètres, avec une plus forte concentration dans la vallée du Rhône et une presque absence en Drôme méridionale.
En France, avant 2020 il n’existait pas de recensement spécifique au hérisson. Maintenant, des bases de données sont alimentées par des naturalistes amateurs ou professionnels mais pas forcément toutes exploitées. A signaler « l’Opération hérisson » de France Nature Environnement ou la « Mission hérisson »
de la Ligue de Protection des Oiseaux.

Fermer Fermer

Publié le 05/02/2024 ~ 20:47   Tous les billets   Haut