Blog - Sortie

Nombre de membres 139 membres
   


Rubriques

Déplier Fermer Divers

Déplier Fermer Protection

Déplier Fermer Sortie

Déplier Fermer Communication

Déplier Fermer Documents

Déplier Fermer Réunions

Déplier Fermer Animations

Déplier Fermer Conférences

Derniers billets
Archives
11-2017 Décembre 2017
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
Sortie

Sortie champignons 10/15  -  par Herve

Samedi 10 octobre 2015  Sortie champignons nous voilà!

Comme chaque année la sortie champignon est l'occasion de nous retrouver en famille dans les bois pour la découverte voire la cueillette de champignons. Cette année, quelques-uns vont tenter de réaliser quelques prises  de vues sur le thème du plus beau champignon.

Paniers au bras, guides mycologiques en main et appareils photographique en bandoulière, 17 colibris, grands et petits, se lancent à l’assaut des bois du Collet de Doizieux.

Premier constat, le sol est bien sec et les champignons bien rares.

L’œil aux aguets, nous repérons les tâches rouges bien visibles des amanites tue-mouche, un jeune cèpe bien camouflé sous les feuilles mortes. Nous furetons en bord de chemin, sous les branches basses, dans les herbes ou buissons, dans les sous bois.

Arrivé au premier croisement, nous découvrons que nous avons perdu la moitié des participants. Après une tentative pour les retrouver et face à l’inutilité de la technologie, les "rescapés" continuent leur balade forestière.

1010_gif1.gif

Une bonne heure et quelques champignons plus tard, nous entendons des craquements dans un bois de résineux et apercevons vite des formes entre les troncs. Allons-nous enfin faire face à une meute de loups dans le Pilat ? Et bien non, nous assistons enfin à une arrivée de Colibris.

Nous profitons du groupe reformé et d’un coin de soleil pour échanger sur les champignons rencontrés, leur vie et leur reproduction.

Il faut savoir que le champignon n’est ni un végétal, ni même un animal. Il a été classé dans un règne à part nommé fongique.

Ce que nous avons l'habitude d'appeler à tort " champignon " est en fait le sporophore, fruit du véritable champignon qui vie et se développe sous terre et qui n'est autre qu'un réseau de filaments sous terrain appelé Mycélium que nous observons dans un bout de bois en décomposition.

Incapable de photosynthèse, les champignons utilisent 3 modes de nutrition :

  • La symbiose : le champignon s’associe aux racines d’un végétal pour aider à collecter l’eau et les sels minéraux du sol et profitent des éléments carbonés prélevés dans la sève. C’est pour cela que nous trouvons certains champignons que sous certaines espèces d’arbres.
  • Le saprophytisme : ces champignons exploitent la matière organique morte ou en décomposition tels que les feuilles mortes, les excréments ainsi que les débris végétaux ou animaux.
  • Le parasitisme : ils exploitent la matière organique vivante que ce soit des végétaux, des animaux ou même d’autres champignons. C’est le cas de l’oïdium.

Chez les champignons, la partie reproductives produisant des spores et appelée hyménium se présente différemment selon les espèces : lamelles, tubes, plis ou aiguillons et autres formes diverses.

Au total, nous comptons une vingtaine d’espèces rencontrées.

Coté tubes, nous avons le bolet élégant, un cèpe sp., le bolet orangé, la nonette voilée, un polypore sp.. Avec lamelles, nous remarquons l’amanite tue-mouche, le paxille enroulé et toute une série de petits sorophores non déterminés. Aucun plis ou aiguillons mais pour les autres formes hyméniums, nous avons 2 espèces de vesces de loup (à défaut du vrai loup) et la calocère visqueuse (voir la photo de souche de résineux).


Finalement, nous rejoignons les voitures car nous sommes attendus à Maclas pour notre Assemblée générale.

1010_gif2.gif

Samedi 10 octobre 2015  Sortie champignons nous voilà!

Comme chaque année la sortie champignon est l'occasion de nous retrouver en famille dans les bois pour la découverte voire la cueillette de champignons. Cette année, quelques-uns vont tenter de réaliser quelques prises  de vues sur le thème du plus beau champignon.

Paniers au bras, guides mycologiques en main et appareils photographique en bandoulière, 17 colibris, grands et petits, se lancent à l’assaut des bois du Collet de Doizieux.

Premier constat, le sol est bien sec et les champignons bien rares.

L’œil aux aguets, nous repérons les tâches rouges bien visibles des amanites tue-mouche, un jeune cèpe bien camouflé sous les feuilles mortes. Nous furetons en bord de chemin, sous les branches basses, dans les herbes ou buissons, dans les sous bois.

Arrivé au premier croisement, nous découvrons que nous avons perdu la moitié des participants. Après une tentative pour les retrouver et face à l’inutilité de la technologie, les "rescapés" continuent leur balade forestière.

1010_gif1.gif

Une bonne heure et quelques champignons plus tard, nous entendons des craquements dans un bois de résineux et apercevons vite des formes entre les troncs. Allons-nous enfin faire face à une meute de loups dans le Pilat ? Et bien non, nous assistons enfin à une arrivée de Colibris.

Nous profitons du groupe reformé et d’un coin de soleil pour échanger sur les champignons rencontrés, leur vie et leur reproduction.

Il faut savoir que le champignon n’est ni un végétal, ni même un animal. Il a été classé dans un règne à part nommé fongique.

Ce que nous avons l'habitude d'appeler à tort " champignon " est en fait le sporophore, fruit du véritable champignon qui vie et se développe sous terre et qui n'est autre qu'un réseau de filaments sous terrain appelé Mycélium que nous observons dans un bout de bois en décomposition.

Incapable de photosynthèse, les champignons utilisent 3 modes de nutrition :

  • La symbiose : le champignon s’associe aux racines d’un végétal pour aider à collecter l’eau et les sels minéraux du sol et profitent des éléments carbonés prélevés dans la sève. C’est pour cela que nous trouvons certains champignons que sous certaines espèces d’arbres.
  • Le saprophytisme : ces champignons exploitent la matière organique morte ou en décomposition tels que les feuilles mortes, les excréments ainsi que les débris végétaux ou animaux.
  • Le parasitisme : ils exploitent la matière organique vivante que ce soit des végétaux, des animaux ou même d’autres champignons. C’est le cas de l’oïdium.

Chez les champignons, la partie reproductives produisant des spores et appelée hyménium se présente différemment selon les espèces : lamelles, tubes, plis ou aiguillons et autres formes diverses.

Au total, nous comptons une vingtaine d’espèces rencontrées.

Coté tubes, nous avons le bolet élégant, un cèpe sp., le bolet orangé, la nonette voilée, un polypore sp.. Avec lamelles, nous remarquons l’amanite tue-mouche, le paxille enroulé et toute une série de petits sorophores non déterminés. Aucun plis ou aiguillons mais pour les autres formes hyméniums, nous avons 2 espèces de vesces de loup (à défaut du vrai loup) et la calocère visqueuse (voir la photo de souche de résineux).


Finalement, nous rejoignons les voitures car nous sommes attendus à Maclas pour notre Assemblée générale.

1010_gif2.gif

Fermer Fermer

Publié le 31/12/2015 ~ 11:26   Tous les billets   Haut