Programme des activités
 
Blog
Rubriques

Déplier Fermer Divers

Déplier Fermer Protection

Déplier Fermer Sortie

Déplier Fermer Communication

Déplier Fermer Documents

Déplier Fermer Réunions

Déplier Fermer Animations

Déplier Fermer Conférences

Derniers billets
Archives
09-2018 Octobre 2018
L M M J V S D
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
 ↑  
Tous les billets

Vendredi 15 janvier 2016

Apicultrice dans le Pilat

Une apicultrice professionnelle dans le Parc du Pilat ou comment conjuguer : agriculture/produits de qualité/environnement. Par Séverine Forel, apicultrice Bio aux Haie

Ce vendredi soir, alors que la neige tombait, une quarantaine de personnes sont venues assister à la causerie de Séverine Forel, apicultrice aux Haies.

Ce vendredi soir, alors que la neige tombait, une quarantaine de personnes sont venues assister à la causerie de Séverine Forel, apicultrice aux Haies.

Séverine est revenue sur son parcours professionnel, et notamment les contraintes de l’apiculture professionnelle d’aujourd’hui, la pratique d’une agriculture biologique ajoutant de la complexité à la tâche. En GAEC à la Ferme du Colombet avec 2 autres producteurs, elle produit du miel et de la gelée royale, en agriculture biologique.

Séverine évoque la difficulté de maintenir des colonies populeuses et en bonne santé et la rareté des lieux sauvages propices au développement d’une apiculture de qualité. Elle souligne les multiples compétences nécessaires au métier d’apiculteur : une réactivité pour transhumer les ruches, le sens de l’observation pour repérer les bons emplacements et une grande adaptation pour faire face aux aléas de la vie des abeilles.

L’abeille est un insecte sensible. Entre les attaques parasitaires du varroa, l’arrivée du frelon asiatique, les pesticides (néonicotinoides), les maladies et le manque de biodiversité, l’abeille est en péril dans le monde d’aujourd’hui…

Souhaitons que tout un chacun puisse, dans un coin fleuri et sain de son jardin, installer une ruche, pour que les abeilles si importantes pour la reproduction du monde végétal puissent mener une vie paisible ....

1601_1_m.jpg

Publié le 16/01/2016 ~ 18:15  Haut

Vendredi 04 décembre 2015  Les énergies renouvelables par Cyrille EMOND

Une trentaine de participants a répondu présent  à une “conférence-causerie”  organisée par l’association du CPN le Colibri. 

Habitant du Pilat engagé dans le projet citoyen de centrales photovoltaïque villageoise dans le village (Les Haies),  Cyrille EMOND, ingénieur, a présenté les différentes sources renouvelables, leur découverte et mise au point au cours de l’humanité bien avant l’explosion de l’utilisation des énergies fossiles au XXe siècle. 

Les participants ont ainsi découvert que le solaire :

-était à l’origine de 50% de la puissance électrique installée en 2014 dans le monde,

- devrait constituer la première source d’énergie dans le monde à l’horizon 2025 (source AIE), ce qui réjouirait Einstein , prix Nobel pour ses travaux sur cette énergie,

-  a atteint sa maturité industrielle, et peut désormais fournir une électricité compétitive sans subvention dans de nombreuses régions du monde.

La région de Bordeaux vient d’inaugurer la plus centrale photovoltaïque d’Europe, d’une production comparable au barrage de Vaugris.

Quant à l’éolien , c’est au large des cotes françaises qu’il devrait se développer d’ici à 2020 : 6 projets ont déjà été attribuées pour une puissance comparable à la centrale nucléaire de St-Alban.

Le développement des interconnexions électriques haute tension (2019-2021) avec les pays scandinaves permettront de mettre à profit les larges capacités de stockage des barrages. La Norvège se positionne comme la batterie verte de l’Europe.

A la lumière de ces informations, les échanges ont porté sur les enjeux de développement de ces nouvelles énergies . Les participants sont invités à visiter la centrale photovoltaïque des Haies, financé par les 160 citoyens, produisant 85 000 kwh par an, soit l’énergie électrique consommée par une trentaine de foyers.( www.centralesvillageoises.fr)

Ferme photovoltaiques des haies

Publié le 31/12/2015 ~ 14:41  Haut

Samedi 21 novembre 2015  Sortie Pressage de pommes.

Ce samedi,  nous étions  17 colibris, petits et grands,  à nous être rejoints  afin de découvrir la fabrication traditionnelle du jus de pommes.

Lors de deux matinées  précédentes, nous avions cueilli des pommes, une fois dans des pommiers sauvages parmi les ronces, la deuxième dans le cadre d'une deuxième passe sur une parcelle d'un agriculteur en conversion.  A notre arrivée nous savions déjà que nous aurions trop de pommes... ce n'est pas ce qui manque dans le Pilat!

Après un démarrage un peu cahotant (un dysfonctionnement dans le pressoir), nous nous sommes tous mis en action et chacun a pu apporter sa petite goutte.

Les pommes cueillies étaient d'abord triées pour enlever celles qui étaient  pourries. Puis elles étaient chargées au pied du pressoir dans un bac rempli d'eau d’où elles étaient emportées par des godets jusqu'en haut du pressoir. Elles passaient ensuite à travers une série de lames qui les broyaient. La chair tombait sur une toile posée sur une claie, afin de laisser passer le jus. Une fois un maximum de claies entassées, le tout était pressé afin d'en extraire tout le jus. Le jus coulait à flot. Nous avons alors pu le goûter, fraichement pressé, en mettant notre verre directement à la sortie!

Puis vint la deuxième étape: la conservation. Le jus récolté fut pasteurisé à 80°C.

Encore une fois, chacun pût apporter sa petite pierre. Le jus encore chaud était mis en bouteille. Puis cette dernière était  encapsulée, nettoyée et mise en caisse. Là encore nous avons dégusté le jus de pomme tout chaud! Accompagné d'un pâté aux pommes fait maison, un vrai régal!

Au total 279L de jus de pommes ont été pressés.  Hormis les beaux souvenirs et le plaisir d'avoir participé à une belle action collective, chacun a pu repartir avec quelques bouteilles et quelques kilos de pommes. Le reste de la cuvée sera étiqueté au nom du Colibri et un bel usage lui sera réservé.

Voir ci-dessous le film réalisé pour l'occasion.

PressagDdePomme

Jus de pommesJus de pommes

Publié le 31/12/2015 ~ 13:21  Haut

Samedi 7 novembre 2015  Sortie cueillette de pommes

Le 21 novembre prochain, le CPN Le Colibri prévoit une animation sur la fabrication de jus de pommes avec l’utilisation d’un pressoir et sans doute la pasteurisation du jus obtenu.

Mais avant cela, il faut bien la matière première.

Nous avons donc prévu de nous retrouver samedi 7 pour récupérer quelques pommes.

Mais où trouver les 200 kg minimum nécessaire pour faire tourner le pressoir soit une demi-pressée. Des vergers sans pesticides sur Saint-Appolinard, Maclas ou Lupé sont évoqués et les propriétaires contactés.

Le rendez-vous est incertain jusqu’à la dernière demie heure. Finalement 7 Colibris se donnent rendez-vous à 10h à Maclas où 4 autres grands et petits Colibris nous rejoignent dans la matinée.

Nous profitons du tracteur pour rejoindre le premier site avec passage d’un ruisseau à gué.

Nous commençons par des pommiers sauvages cousins de ceux des montagnes célestes du Tian shan présentés lors de la dernière conférence. Nous disputons leurs petites pommes acidulées aux ronces.

Puis nous accompagnons le tracteur vers un verger conservatoire. Cette fois nous nous enfonçons à travers les pruneliers pour ramasser les fruits.

Curieux, nous profitons des lumières de Jean-Luc pour découvrir et déguster plusieurs variétés de Malus domestica dont une sucrée très parfumée et une au gout citronné.

Bilan de la matinée, environ 200 kg si bien que nous envisageons de continuer le ramassage dans la semaine prochaine pour atteindre les 500 kg soit une pressée complète.

Avis aux amateurs…

Vivement le 21 novembre pour gouter le jus qui coulera de ce mélange de variété. J’espère que nous seront nombreux…

Merci à Jean-Luc pour son accueil et ses connaissances.

Cueillette de pommes

Publié le 31/12/2015 ~ 11:53  Haut

Vendredi 30 octobre 2015  Le paradis perdu de la pomme Film + débat

29 personnes se sont réunies vendredi 30 octobre 2015 à Maclas pour découvrir et causer de pommiers.

Paul DECLERCK est revenu au sein du CPN Le Colibri pour nous faire découvrir le film de Catherine PEIX  "Les origines de la pomme" et animer le débat.

Très loin du massif du Pilat, dans les montagnes célestes du Tian shan, à la limite des neiges éternelles, poussent par des températures extrêmes des forêts entières de pommiers sauvages. 

Ces arbres monumentaux, ornés de pommes bigarrées, noires, vertes, rouges, parfois fuchsia exhalent leurs parfums enchanteurs. On découvre à leurs pieds des montagnes de fruits aux saveurs inattendues de groseilles de rose et de banane. 

Dans ce territoire qui fut jusqu'à  récemment "terra incognita" l'espèce Malus sieversii, née il y a plus de 65 millions d'année déploie pour la première fois son extraordinaire biodiversité. 

Emporté par la route de la soie ces pommes sauvages sont les ancêtres de nos pommiers cultivés.

Depuis l'aube des temps, la sauvage Malus sieversii, décline des individus tous différents et possédant naturellement les gènes de résistance aux maladies. Il a fallu attendre Aymak DJANGALIEV, académicien et agronome kazakh pour redécouvrir cette espèce dont descendent nos 6000 variétés de malus domestica. 

Scandalisé par les déforestations massives initiées par Staline, il démarre en clandestinité le seul travail existant de recensement et d'étude des pommiers sauvages du Kazakhstan et crée un verger conservatoire. Visionnaire, il est menacé, trahi et frôlera plusieurs fois le Goulag. Pourtant sans lui, cette formidable découverte ne serait jamais parvenue jusqu'à nous.

Ces arbres portent l'espoir d'une nouvelle arboriculture, à condition qu'ils soient aujourd'hui préservés. 

Suite au film, les participants ont apportés leurs lumières lors du débat.

Une des peurs évoquées suite au film est le séquençage et la privatisation des gènes par les sociétés privées. Cette privatisation et monétisation du vivant est jugée dangereuse.

Le consommateur a aussi un rôle à tenir. Il est capable d’acheter des produits imparfaits au lieu de ces fruits de formes identiques, calibrés et exempts de tâche.

Nous avons aussi évoqués les techniques de greffage actuelles et le choix des porte-greffes nécessaires à l’arboriculture moderne.

De plus, toutes les espèces autorisées à la culture (pas uniquement les pommiers) sont standardisées et cultivées n’importe où en France. Il faudrait pouvoir choisir et sélectionner des variétés adaptées aux sols et milieux de culture comme cet agriculteur qui produit des tomates supportant, avec peu d’arrosage, la faible pluviométrie de son secteur.

Merci à tous les participants.

Le paradis perdu de la pommeLe paradis perdu de la pomme

Publié le 31/12/2015 ~ 11:28  Haut