Programme des activités
 
Recherche
 
Fermer
Prestations du Colibri
Actions de protection
Actualités naturalistes
Membres de Projets

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe

Les 2 derniers billets

Samedi 22 juin : Sortie à la découverte du Jardin Partagé de Choron en compagnie de deux de ses membres Denis Choron et Laurent Trouillet, deux jardiniers amateurs volontaires, observateurs, curieux et humbles devant la nature, passionnés et partageurs avec leurs semblables.

Nous avons été une bonne trentaine d’enfants et adultes à avoir répondu à l’invitation de Denis et Laurent pour nous faire visiter leur Jardin Partagé de Choron. Il s’agit d’un terrain de près de 1000 mètres carrés travaillé par 8 personnes dont Denis et Laurent ainsi que Damiens, enseignant maraîcher professionnel. Un joli coin de paradis ombragé avec sa mare, sa cabane, sa serre et ses… toilettes sèches.

Choron2019.JPG

Permaculture, culture conventionnelle, agrobiologie, paillage, butage, expérimentation, … chacun vient avec son savoir, ses expériences, ses idées, ses résultats, mais aussi ses doutes et ses convictions pour les partager ensemble avant de mettre librement en pratique le fruit de ces échanges sur sa propre parcelle.

Comme le dit Laurent, les maîtres mots sont patiences et observation pour apprendre à connaître son sol et comprendre son évolution en fonction de ce qu’on lui apporte, de ce qu’on y fait pousser.

Comme le dit Denis, l’important est de mettre en pratique continuellement dans un domaine complexe loin d’une science exacte. Où il faut parfois ne pas trop réfléchir, faire simplement et avancer ainsi de façon empirique.

On le devine rapidement, l’humilité, la patience et l’observation de nos deux hôtes les nourrissent d’usage et de raison ; s’il manque d’eau, cela profitera aux racines qui s’enfonceront davantage et rendront la plante plus résistante ; maintien des herbes folles qui sont une richesse pour la faune (crapauds, lézards verts, chevreuil,…) ; alternance des pieds d’espèces différentes pour éviter la propagation des maladies ; récupération des meilleures graines et semis ; associations concombre-tournesol et différents mode de paillage pour enrichir les sols et économiser l’eau ; …

La liste est longue de tout ce que nous avons appris de la part de Denis et Laurent. Car elle est le résultat de 8 personnes qui travaillent, expérimentent et récoltent en parallèle tout en mutualisant leurs connaissances et leurs efforts. Leur dernier conseil : que le jardin soit avant tout le royaume des enfants où ils puissent voir pousser les vraies choses de la vie.

 Ce qui est sûr, c’est que nous avons tous passé une excellente après-midi en bonne compagnie sous un soleil radieux. Et que nous serions curieux de revenir l’an prochain pour observer les évolutions du jardin de Choron !

Merci Denis, merci Laurent et à bientôt !

Publié le 01/07/2019 ~ 07:39  Haut

Vendredi 7 Juin 2019 : Causerie sur "Les Bryophytes" ou mousses par Aurélien Labroche, bryologue.

Aurélien Labroche, naturaliste et bryologue (qualité plutôt rare qui consiste en l’étude des mousses) est venu nous parler de ces petites « plantes » si communes. Il a apporté avec lui quelques échantillons qui d’emblée nous font dire que nous ne savons pas grand-chose sur les mousses et leur diversité.

mousses2019.JPG

Il nous précise dès le début que ce ne sont pas des plantes, car elles n’ont ni vaisseaux ni racines. Celles-ci ont besoin essentiellement d’eau (et des éléments qui la composent) pour vivre et se reproduire. Qualité remarquable, elles sont capables de reviviscence, c'est-à-dire de reprendre vie après une longue sécheresse (le record est de 19 ans !).  Elles peuplent divers milieux, et ont chacune un support préférentiel : les troncs d’arbres qui pourrissent, les troncs d’arbres vivant, le pied des arbres, le sol, les pierres, …

Les mousses sont les premiers êtres vivants qui apparaissent sur un nouveau milieu, par exemple après une coulée de lave, elles préparent ainsi le terrain pour les plantes à venir. Ce sont également des lieux de vie pour divers espèces de petites bêtes (acariens, escargots…). En plus de leurs bienfaits pour la biodiversité, elles ont également divers usages (anciens ou actuels) pour les hommes : étanchéité, purgatif, vermifuge, absorbant… De nouvelles études testent un potentiel rôle de piégeage de la pollution.

Après nous avoir présenté les différentes grandes classes de mousses, il nous explique les quelques éléments à observer pour les reconnaitre et les différencier et comment s’y prendre …  Avis aux futurs bryologues en herbe !

Merci à Aurélien pour sa grande pédagogie qui nous a permis d’en apprendre un peu plus sur ce monde si peu connu.  Au sortir de cette causerie très intéressante, nous ne regarderons plus les mousses de la même façon !

Publié le 17/06/2019 ~ 08:46  Haut