Recherche
 
Fermer
Prestations du Colibri
Actions de protection
Actualités naturalistes
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 139 membres
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Presse & Liens

Si le lien ne fonctionne pas, contactez le webmestre pour l'en informer.

Déplier Fermer  Le Progres

> Message du 15/05/16 09:37
> De : "Marc Charroin" <marc.charroin@gmail.com>

> Objet : Le faucon pèlerin de retour dans la Loire après 40 ans d’absence
>
>Progrès du jour,


Patrimoine culturel - Biodiversité Le faucon pèlerin de retour dans la Loire après 40 ans d’absence

Grâce à l’implantation à Châteauneuf d’un nichoir en milieu urbain par la Ligue de protection des oiseaux, ce rapace vole à nouveau régulièrement dans le ciel ligérien.

> Le dernier couple nicheur datait de la finale de Glasgow. Et depuis cette fatidique année 1976, aucun faucon pèlerin, superbe rapace doté d’une vitesse en piqué de 300 km/heure, n’avait élevé des jeunes en terre ligérienne, à part quelques tentatives ponctuelles sans lendemain. Quarante ans plus tard, le rapace le plus rapide de la planète se reproduit à nouveau, grâce à la ténacité des membres de la Ligue pour la protection des oiseaux Loire (LPO), comme l’explique Jean-Pascal Faverjon, coordonnateur LPO du groupe Pèlerin et fervent défenseur du retour du prédateur. « En 2007, devant l’absence de sites naturels favorables à sa nidification, et après avoir étudié toutes les possibilités du secteur, en tenant compte des préférences de l’oiseau, la LPO Loire a décidé de poser un nichoir spécifique sur la cheminée Industeel de Châteauneuf, dans le Gier. » Installation spectaculaire et audacieuse donc, car le nichoir est volumineux - 80 x 80 x 70 cm - et doit être fixé à un hauteur de… 70 mètres ! Il faut dire que nos spécialistes ont potassé leur sujet : de la cathédrale d’Albi aux gratte-ciel lyonnais, en passant par la cheminée de la torchère de Feyzin, chaque installation a été couronnée de succès.

Un rempart contre les pigeons

> Moins d’une décennie après l’installation du nichoir, un couple de faucons pèlerins élève désormais trois fauconneaux dans ce gîte enfin adopté. Et si c’est une bonne nouvelle pour la biodiversité, les élus locaux vont également trouver un allié efficace dans ce prédateur ailé. « En ville, le faucon pèlerin est un excellent moyen naturel pour lutter contre les nuisances causées par les pigeons et autres choucas, ces espèces constituant ses proies principales. Et ces multiples attaques déstabilisent les comportements d’agrégation des pigeons, impactant à la baisse leur reproduction importante. » La commune de Châteauneuf avait d’ailleurs bien anticipé les enjeux à l’époque, finançant l’opération.

> Les jumelles sont donc de sortie quotidiennement pour surveiller la précieuse nichée. Car la réussite de la reproduction indiquera un site sûr pour notre prédateur, qui devrait alors adopter définitivement cette maison idéale !
>

> Patrimoine culturel - Biodiversité Le faucon pèlerin : un miraculé des pesticides !

> Le faucon pèlerin est l’exemple de l’impact néfaste des pesticides organochlorés sur le vivant. Ce rapace, consommant des oiseaux concentrant ces pesticides, dont le fameux DDT, a failli disparaître de France dans les années 1950/60. Empoisonné ou stérile, le magnifique rapace, installé en haut de la pyramide alimentaire, a du son salut à l’interdiction du DDT, à la fin des années 60. Il a ensuite remonté lentement la pente, encore braconné ici et là, avec comme bastion de l’espèce le Jura et ses belles reculées. Puis il a conquis les falaises littorales et la plupart des régions de France. Son appétence pour des perchoirs haut placés l’ont amené à fréquenter les constructions humaines, comme les cathédrales et autres tours des grandes villes, secteurs urbains à son goût, car comprenant une tranquillité certaine et un garde-manger bien garni. On le trouve au cœur de Paris, Lille ou Lyon, guettant les oiseaux citadins pour les capturer au bout d’un piqué vertigineux. Plus à l’Est, certains se sont installés sur le Kremlin, à Moscou.

Marc Charroin


 

Hyperlien    Site web